Lindemans

Notre histoire

Notre famille possède une ferme depuis la nuit de temps.

C'est d'ailleurs pour occuper (et désaltérer) les paysans en hiver travaillant dans nos champs que nous avons commencé l'activité brassicole. Avec le temps et le succès, nos activités agricoles ont diminué au profit du développement de la brasserie.

La fonction crée l'organedisait Darwin.

Aujourd'hui, nous agrandissons encore notre brasserie pour partager l'amour de nos bières au-delà de nos frontières.

Nous sommes en effet persuadés que les spécificités si particulières de nos bières sont un grand atout dans un monde où règne l'uniformisation.

6 générations de brasseurs de lambic

La « Hof ter Kwade Wegen », un nom qui ne présage rien de bon puisqu'il signifie littéralement « la ferme des mauvaises routes »…


Pourtant, c'est dans cette ancienne ferme de Vlezenbeek qu'une belle histoire brassicole s'écrit depuis 1822.

C'est en effet cette année-là que Joos Frans Lindemans promet fidélité à Françoise Josine Vandersmissen, la fille très convoitée de Maria Anna Van Dorselaer et Petrus Jacobus Vandersmissen, propriétaires de la ferme.

Joos Frans aime la vie à la ferme, mais il a envie de faire ses preuves d'une autre manière. Le soir, les mains encore douloureuses d'avoir labouré la terre, il s'attelle à brasser le lambic. Durant les mois d'hiver, les septante-cinq hectares de terres et de prairies de sa ferme n'ont que peu de travail à offrir aux nombreux ouvriers et ouvrières. Ces derniers viennent alors le rejoindre dans la brasserie. C'est ainsi que ce qui était initialement un loisir devient rapidement l'activité principale de la ferme.

Depuis cette année 1822, six générations de pionniers se sont succédés à la « Hof ter Kwade Wegen », d'abord comme agriculteurs-brasseurs, plus tard – à partir de la 2e moitié des années 1950 – uniquement comme brasseurs. Sous l'influence de ces 6 générations de Lindemans, notre brasserie est devenue l'un des principaux producteurs de lambic de la région et du monde. Voici notre histoire...

1ère Génération

Joos Frans Lindemans (1792-1865) Françoise Josine Vandersmissen (1796-1868)

1822

Joos Frans épouse Françoise Josine Vandersmissen, elle-même fille de brasseur. Ils s'installent à la «  Hof ter Kwade Wegen  ». Durant cette première année d'exploitation, 360 fûts de bière sont brassés, soit 500 hectolitres. L'installation brassicole se compose de deux cuves, un bac mélangeur et deux bacs refroidissoirs.

Ensemble, Joos et Frans et Françoise Josine accueillent onze enfants, parmi lesquels trois décéderont en bas âge, deux deviendront prêtres et trois resteront célibataires.

1832

L'entreprise est décrite comme «  une brasserie équipée de deux cuves d'ébullition, l'une de 400 hectolitres et 20 litres, l'autre de 21 hectolitres et 40 litres, de deux cuves de 25 hectolitres et 21 hectolitres, ainsi que deux bacs refroidissoirs en bon état. La brasserie produit 20 à 30 brassins.  »

1840

En parallèle à ses activités d'agriculteur et brasseur, Joos Frans devient bourgmestre de Vlezenbeek.

2ème Génération

Joos Frans “Duc” Lindemans (1826-1901) Sophie Borremans (1832-1882)

1865

Joos Frans « Duc » reprend l'exploitation familiale.

1869

Duc fait construire le corps de ferme et l'ancienne salle de brassage, qui existent toujours aujourd'hui. La ferme s'étend à l'époque sur pas moins de 75 hectares de terres et de prairies. En hiver, les ouvriers et les filles de ferme pouvaient travailler dans la brasserie lorsque le travail manquait à la ferme. La brasserie produit du lambic et du faro. Il n'est alors pas encore question de bières fruitées.

3ème Génération

Theofiel Martin Lindemans (1870-1955) Victorine de Gens (1868-1925)

1901

Theofiel, fils cadet d'une fratrie de 9 enfants, succède à son père à la tête de la ferme-brasserie.

1920

Les activités agricoles sont réduites progressivement au bénéfice de la brasserie.

4ème Génération

Emiel Jozef Lindemans (1901-1956) Alice de Voghel (1902-1999)

1930

Theofiel cède le flambeau à l'un de ses 4 enfants, Emiel.

1940 - 1945

Pendant la guerre, la brasserie ne produit qu'un brassin par mois.

5ème Génération

Les frères René et Nestor Lindemans

René Lindemans (° 1939) Nicole Genbrugge (°1943)

Nestor Lindemans (1941-2008) Marie-Jeanne Herckens (°1940)

1956

Au décès de Emiel-Jozef Lindemans, les activités agricoles (30 hectares) sont définitivement arrêtées. En attendant que René et Nestor aient terminé leurs études, un brasseur, Triphon Antoons, est engagé.

1961

Les frères brassent la première Kriek selon la méthode traditionnelle (mûrissement en fût de chêne et refermentation en bouteille). Jusqu'en 1973, la brasserie utilise des griottes de Schaerbeek. Cette espèce de griotte se faisant de plus en plus rare, les frères passent aux griottes scandinaves.

1970

Début des exportations vers la France et des activités de grossiste de boisson.

1978

Les frères Lindemans innovent en produisant une Kriek pasteurisée à base de pulpe et de jus de cerise.

1980

Développement de l'exportation. 70% de la production part à l'étranger Les 4 principaux marchés sont les Etats-Unis, la France, la Suisse et l'Allemagne.

1992

Construction de la nouvelle salle de brassage. A cette époque, la brasserie dispose de 1.200 tonneaux d'une capacité de 600 litres dans lesquels fermente et mûrit le lambic.

1994

Vu la croissance de l’activité brassicole et le manque de place de stockage, les activités de distributeur de boisson sont arrêtées.

1996

La brasserie signe un contrat avec un premier acteur belge de la grande distribution, Delhaize.

6ème Génération

Les cousins Dirk et Geert Lindemans

Dirk Lindemans (°1968) Nadia Delens (°1969)

Geert Lindemans (°1968) Valérie Lemlijn (°1970)

2006

Les cousins Dirk et Geert (6e génération) reprennent en main la gestion quotidienne de la brasserie. Fidèles à la tradition et armés d'une saine vision de l'avenir, ils font prospérer la brasserie familiale. Ensemble, ils veillent au caractère authentique, à la saveur de ce savoir-faire unique.

2006

Début des exportations vers la Chine.

Installation d'un nouveau caveau de foudres en chêne provenant de la région de Cognac.

2013

Début travaux d'extension de la brasserie. L'objectif est de doubler l'espace de stockage pour le mûrissement du lambic afin de pouvoir satisfaire à la demande croissante, intérieure et surtout extérieure. Cet espace supplémentaire pour la fermentation et le mûrissement du lambic était attendu depuis de nombreuses années.